Tous les articles classés dans : 75010

Gravity bar : talentueux cocktails, vins et petites assiettes dans le 10ème

C’est la rentrée, qui brasse avec elle son torrent de nouveaux lieux à tester, re-tester, investir, épuiser… Parmi lesquels, on peut noter le récemment ouvert Gravity bar. Au programme : cocktails, vins et petites assiettes au grand talent, signée de la main du chef montréalais Frédéric Boucher (je tairai le surnom dont une certaine élite des bars parisiens l’affuble ;)).   Le pitch. Retrouvailles post vacances entre copines, budget : néant, appétit : absent, forme : minable. Certes je vais vous parler des super cocktails et produits, du génie des compositions gustatives et du cadre design et sympa, mais laissez-moi surtout insister sur l’ambiance et en particulier la sympathie de l’équipe. Ok, y aller avec une déjà habituée peut aider, mais tout de même rares furent mes escapades aussi bien accueillies. Et ce alors même que j’étais dans un coma des plus profond. Derrière le bar, une équipe rodée et complice composée de Michael Mas, barman passé par l’ECC group, entrée des Artistes et plus récemment Mary Céleste, Marc Longa, ex-« pubard » reconverti, et enfin Richard Permin, un troisième …

My Free Kitchen, cuisine libre de gluten et lactose

Youpi-tralala, que de bonnes nouvelles pour les intolérants (alimentaires) et les mangeurs sains, les cantines fleurissent. My Free Kitchen fait office de pionnière dans la petite cantine saine moderne et épurée, gourmande et sans gluten ni lactose. Nichée dans le 10ème (encore), elle est née d’une histoire de famille. Le pitch : Carole, dans sa vingtaine (je suis tolérante), se découvre intolérante au gluten. Grande gourmande qu’elle est, elle ne se laisse pas abattre et décide de se faire plaisir sans gluten et sans lactose. Son frangin, Philippe, l’accompagne dans l’aventure et BIM, une cuisine simple, saine et homemade voit le jour dans le coin qui voit pulluler les cantines saines dernièrement. « My Free Kitchen » tient donc pour cuisine personnelle libérée des substances incriminées. La taille humaine et l’inventivité des recettes m’ont attirée. Le risotto de quinoa en particulier, le crumble de légumes également. Le hic pour moi ? Encore un poil trop gourmand (une option sans sucres m’aurait fait plaisir) mais le tout est plutôt cool et possède le gros atout d’être également ouvert à l’heure …

Nous, humble cantinette saine du 10ème

Bonne nouvelle ! Suivant le schéma d’évolution classique de tout phénomène de mode, la démocratisation de l’alimentation saine, est entrée dans son cycle « non-initiés friendly ». J’entends par là que sont invités à tester les cuisines gluten-free, veggie-vegan, diet and co les initiés, mais également les réfractaires gourmands et ce sans jugement. Avouons-le, les cantines-niches peuvent être peuplées de plutôt désagréables habitués qui, fiers de leurs savoir et religion alimentaire pouvaient toiser quelque peu les novices du gluten free. Aujourd’hui, la tendance était répandue, Paris voit fleurir les cantines saines proposant des options, ou le tout, « sans » (gluten, lactose, sucre, etc). Nous a été ouvert par Paula et Henri à leur retour de Shanghaï, où ils avaient trouvé un refuge communs. Chez Nous, tout est sain, français, bio et humain (« nous » pour Paula et Henri, ainsi que leurs producteurs). Ce qui m’a plu chez Nous : les falafel sans gluten ! Ouiiiii, je suis en phase farine de pois chiche, et c’est bien simple, je fais tout avec. Les formules Chez Nous, des formules qui chaque jour varient, …

John Weng, le bistrot asiatique

L’équipe de l’américain Lefty (pourvoyeur de burgers et salade César de la rue Vivienne, 2ème) a migré vers l’Orient (non sans conserver une touchette d’oncle Sam vous le verrez). Un virage à 180°C puisque le premier n’est plus, et que le second a (et aura de plus belle) quelques clones.     Dans le far 10ème pour commencer, l’asiatisant « John Weng » est né. Nems fins, soupe coco, gyosas, bo buns, mais aussi « cromesqui » de quelque chose et autres épices font le jeu de ce bistrot joliment décoré et tamisé rue du Faubourg Poissonnière, offrant au passage la solution au dilemme « asiat’ ou cadre sympa et bon vin » ? Si je n’avais pas eu tellement l’occasion de copiner avec les garçons du Lefty (passant pourtant mes journées juste en face, mais no-burger diet oblige), j’ai été plus qu’agréablement surprise par leur chaleur, alors que j’attendais mon compagnon (plus de 20min, pour une phobique de l’attente, c’est dire). On me reconnait (joli !), on me propose de « goûter » le vin avant d’ouvrir la bouteille commandée à l’aveugle. «Vous aurez …